HUMOR ME BITCH – Les P’tites Histoire D’la Glisse Au Pays Des Merveilles – « De la Saveur du Flocon de neige »

La neige est bonne depuis quelques temps maintenant, les esprits se sont calmés, certains ont probablement oublié d’ailleurs qu’ils eussent pu s’emporter sur le sujet.

Comme on n’est pas venu pour manger du tofu, on va ressortir le sujet un peu chaud bouillant de la Neige, enfin plutôt de sa rareté et des diverses réactions face à la pénurie de ce début de saison.

Vous en avez forcément ouïe dire, si vous n’avez pas vous même assisté ou encore participé aux houleux débats qui auront agité les vallées supposées enneigées.

Mais justement elles ne l’étaient point, et toujours pas plus, alors que 2016 n’aurait su tarder à pointer le bout de son nez.

À grandes frayeurs s’affolent les cœurs et de gros moyens sont mis en œuvre pour sauver les honneurs…

Sainte Foy de Tarentaise (73) fût la première à employer le rapatriement de neige par hélicoptère. 100 Tonnes pour assurer la skiabilité, c’est beaucoup de temps, de neige et de moyens mais leur or blanc aurait été préalablement stocké pour assurer un « back-up » de fortune au cas où les choses tourneraient mal.

D’autres stations de ski, comme les Ouches (74) ou encore les Karellis (73) n’ont pas hésité à l’imiter.

Et c’est ainsi que plus de 150 camions se sont vu déposer quelques tonnes de neige venant de Sibérie sur une station de ski du Haut-Doubistant, à Métabief.

De là à bientôt imaginer une Snow-Bank, cachant derrière de lourdes portes, le secret d’un hiver parfait dans de gros coffres forts…

Ce sont quelques cas qui sont montés dans les extrêmes pour sauver le début de saison et ainsi éviter une crise de chômage technique qui ruinerait les quelques milliers d’emplois saisonnier assurant l’économie de chaque vallée. La plupart se sont gardés d’agir de la sorte, tentant de limiter l’accès aux pistes malmenées, d’autre comptant comme chaque année, sur les ressources de plus en plus limitées de leur(s) glacier(s) raboté(s).

De là à les comprendre, il ne faut pas abuser.

Malgré les climatosepticoabrutis tels que ce gros lard Suisse, répondant au nom de Werner Munter, qui affirme qu’il n’y a pas de soucis à se faire et qu’il n’y a pas de réchauffement climatique, les dirigeants de nos stations savent très bien qu’il serait peut être temps pour eux aussi d’entrer dans une certaine reconversion. Ou d’œuvrer dans le sens d’une nouvelle pérennité, de manière à ce que, lorsque sonne le glas de l’hiver pauvre en neige, les touristes aient autres choses que le « ski-à-tout-prix » en tête.

Ce format ne marche plus, depuis quelques temps déjà, et de toujours tout miser sur ce concept obsolète tend à pousser vers le genre de situation que nous avons connu le mois dernier.

Maintenant, les réactions des mecs qui ne mettent jamais un pied en montagnes et qui ne jurent que par l’océan, le vent et les vagues.

Diantre ce que j’ai ri !!!

Longtemps s’était passé depuis la dernière fois qu’il me fût offert de telles salves d’hypocrisie et de mauvaise foi. Dans un sens c’est pitoyable, mais dans l’autre, quel contenu béni pour nos Humor Me Bitch. Oh oui, merci…

Pour faire simple et ne pas rajouter de peine à ceux dont le remord serait plus accablant que leur propre bêtise, le thème récurrent de ces jours passés était ; « Y’a pas de vent, on ne fait pas de windsurf, ni de kitesurf. Y’a pas de vague, on ne surfe pas », tout ça au nom de la pureté de la glisse, vous me suivez ?

IMG_20160126_130842

Et nous de sauter dans la machine à remonter le temps que sont les réseaux sociaux pour s’assurer que nous n’étions pas victime d’une hallucination due à quelques vagues flash-backs, faisant accidentellement surface et triturant souvenirs et esprit.

Puis de retrouver les mêmes quelques personnes, bavantes et salivantes devant les images de la toute dernière piscine à vague de Kelly Slater, prêtes à se mettre à genoux devant lui afin de pouvoir revoir les images, mais en 4K cette fois.

Ce sont les mêmes qui s’extasient devant (attention please, a bomb is about to drop) le ridicule ballet des windsurfers dans une piscine avec des ventilateurs assourdissants de bruit et de consommation. Dans une moindre mesure, on peut aussi retrouver tous ceux qui se jettent sur le premier téléski-nautique venu dès qu’il n’y a pas de vent.

Bref c’est comme offrir un gode tête de carlin parce qu’on sait qu’elle aime bien les chiens tout en insultant celui qui s’en paye un en forme de poing parce que l’on n’aime pas la boxe…

Et dans cette vaste époque où l’insulte est devenue tellement gratuite que l’on se prend à pourrir son prochain s’en même s’en rendre compte, rapidité et manque de réflexion des médias oblige, quelques-uns s’en donnent à cœur joie de voir autant de gens s’insulter sans raison, sans chercher à comprendre pourquoi et de quoi tout cela est parti. Sans penser, ni méditer, sur les solutions que l’on pourrait apporter pour que tous puissent mieux profiter de ce que Mère Nature a à nous offrir.

Certaines stations de ski évoluent dans le bon sens, dans le massif des Bauges par exemple, des efforts sont faits, les communes s’adaptent. Encore trop tôt pour dire si ça marche mais les lits ne désemplissent pas, et l’effort est vraiment là.

Quant à ceux qui ont la langue bien pendue et qui ont la gâchette facile, pensez à balayer devant chez vous avant de sortir de telles inepties, et souvenez vous aussi que ce que vous publiez fiévreusement sur les réseaux sociaux est généralement accessible à Tous.

N’oubliez pas, les enjeux ne sont pas toujours ceux qui ont fait les lendemains d’hier. Au premier Janvier de cette nouvelle année, il faisait 4° au Pôle Nord. À Tignes la semaine dernière, le Red Bull Line Catcher, incroyable compétition freeride, peut être le dernier des « rad contest » de ski freeride, a été annulé à cause de l’instabilité du manteau neigeux pourtant bien garni. Aujourd’hui, à 1400 mètres d’altitude, les arbres bourgeonnent pour la deuxième fois de l’hiver.

Si l’on ne peut pas lutter contre ce qui est déjà fait, on peut s’adapter pour ne rien empirer, renouveler les principes et les idées de ce qui peut être fait en montagne, en hiver, en glisse en général.

D’ailleurs, plutôt que de s’insulter sans apporter de réponses, ni d’idées neuves, allez donc voir le film de Cyril Dion et de Mélanie Laurent, Demain, c’est frais, c’est beau, c’est encourageant et fun.

Et la Glisse, c’est fun…

Colin

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *