OUTDOORMIX SPRING FESTIVAL X SO RAD LE MAG – The RAD’Line

Jeudi 17 Mai 2018

20h02 – Arrivée à Embrun avec Benji – skateboarder – et Steph notre photographe officiel sur cet Outdoormix. Récupération de nos badges presse. Installation du QG So Rad au camping.

20h16 – Premier apéro avec la délicieuse compagnie de Léa, ainsi que celle de Quentin – tous deux membres de l’association de skate La Fée Des Rations De Ride à Roulette, présents pour proposer des initiations aux joies du longboard. Avec nous également, Alex – le magicien derrière Legende Longboard.

Vendredi 18 Mai 2018

9h01 – Première sonnerie du réveil.

9h45 – Steph et Benji partent pour Réallon, où se déroule le longboard downhill. Cent vingt furieux dont Benji et les copains du team Entre Couzs dévaleront les pentes tout au long de ces quatre jours de folies.

10h09 – Petite balade dans le village de l’Outdoormix Spring Festival. L’ambiance y est douce, calme, on y rencontre les gens et on a encore le temps d’un peu discuter sans avoir à survoler chaque sujet, dû à l’effervescence et à la foule grouillante. Alex s’attaque à son dix-huitième shape. Tout au long du festival, il va user du rabot pour proposer la réalisation en direct live d’une nouvelle planche.

13h11 – Steph est de retour avec ses cartes SD pleines d’images. On vide le tout dans les disques durs. Petite collation et c’est reparti. Un rendez vous est fixé vers quinze heure pour retrouver les musiciens et chanteurs bordelais du groupe Les Lacets Des Fées. Nous les suivrons tout au long de la soirée pour les prochaines Pièces de Vies.

14h37 – Petite visite philosophique sur le stand du copain Bertrand Fourtias. Il y présente les stand up paddle d’une (très) grosse marque de glisse ainsi que quelques accessoires de VTT. Nous discutaillons sur les affres du système dans lequel s’est engouffré le milieu de la Glisse. L’absence de réelle contre culture et la mise au pli, le lissage de tout ce qui était et faisait la rock’n roll attitude de ce monde fustigé par le plus grand nombre il n’y a pas si longtemps que ça, sont les thème de l’instant. La mode s’en est emparée depuis… Les skateboarders sont peut-être les derniers hérauts de ce passé. Peut-être…

15h02 – Avec Steph, nous allons à la rencontre de Ben, le responsable de toute la partie concert du festival, ainsi que de Marie, la nouvelle responsable presse/média. Les Lacets Des Fées arriveront avec une heure de retard. Ils arrivent de Bordeaux, les voilà tout excusés. Nous retournons déambuler dans le village.

16h12 – Ils sont là. Sans perdre de temps, les balances commencent. Le son doit être calé au millimètre – ou plutôt devrais-je dire, au décibel prés, afin d’offrir la plus belle expérience musicale possible au public qui ne les connait pas forcément encore dans ce coin de la France.

18h34 – Les balances sont finies, les réglages sont au top. Nous partons avec Max, Flo et Jérome, Thomas, Louis et Victor, nous promener dans le village des exposants. Ils y rencontrent Damien, artiste de la vie et rêveur lucide, créateur et boss de la marque haute en couleur Fasboa. Ils y croisent aussi Alex et ses rabots, échangent à chaque fois quelques mots. Nous partons ensuite vers le QG So Rad où les capsules volent et le houblon coule. Ce sont avec Lucas, Yanis et Gaétan, les skateboarders du crew Entre Couzs, que Les Lacets Des Fées échangeront pendant une bonne demi heure. Demi heure qui tourne. Quelques préparatifs doivent encore se faire. Nous nous retrouverons vers vingt et une heure, juste avant qu’ils ne montent sur scène.

21h01 – Nous voici nous voilà. La première partie bat son plein puis se termine. L’équipe se prépare dans leur loge. Ils s’habillent, se détendent, révisent deux trois accords et enchainements. Ils se marrent, montent sur scène sans se dévoiler au public. Un bouchon de rhum tourne, un cri de guerre et c’est parti. Pendant plus d’une heure, la température monte et la foule s’assemble et se déchaîne devant nos musiciens hilares. ils se régalent et prennent un réel plaisir à jouer au bord du lac et au pied des montagnes aux sommets encore enneigés.

???h??? – S’enchainent les concert des marionnettes de Puppet Mastaz puis d’un certain DJ Moule qui ne me laisse aucun souvenir en tête. La notion de temps à cet instant est très très floue.

Samedi 19 Mai 2018

10h53 – Réveil facile. La journée bat son plein entre les animations sportives, les déambulations dans le village de l’évènement et les aller retours au QG pour vider les cartes, retrouver un camarade et recharger les batteries des appareils photos. Il grêle sur le spot de skateboard alors que le soleil brille ici à Embrun. Les nuages se densifient puis s’estompent.

18h03 – Invités à l’apéro V.I.P., je m’y rends finalement seul pour y rejoindre Marianne, l’ancienne responsable des relations presse, qui nous fait venir depuis quatre ans sur l’Outdoormix et qui croit dur comme fer en So Rad Le Mag. WE LOVE YOU MARIANNE !!! <3 <3 <3

18h44 – Elliot Nochez – parapentiste incroyablement doué – et ses compères nous offrent un gros spectacle en virevoltant et tournoyant dans les cieux surplombant le lac d’Embrun. L’extrémité de leurs ailes frôlent la surface de l’eau, effleurant l’élément et laissant un subtile sillage dans leurs passages… Tant de poésie… J’en ai encore des frissons…

19h02 – Didier Botta – kitesurfer pro ultra doué et fer de lance de la positive attitude – me rejoint avec Manon, sa douce et tendre. Nous ne nous sommes pas lâchés depuis la soirée de la veille. Didier est l’un de mes sujets sur cet Outdoormix Spring Festival. Il signera ainsi le retour des Pièces de Vies sur So Rad Le Mag.

21h31 – La journée de travail est terminée depuis longtemps et l’apéro bat son plein quand nous nous rendons avec Didier et quelques skateboarders d’Entre Couzs vers High Tone et leur puissantes lignes de basses. Le spectacle et la musique me prennent aux tripes. En osmose avec les sonorités psychédéliques, j’oublie le temps et une fois de plus, fout en l’air ma Rad’Line. On s’en fout, le sujet n’est pas de savoir qui fait quoi à quel moment… le sujet, c’est l’éclate totale. Tetra Hydro K enchaine pour terminer la soirée et les good vibes ne cesseront de se répandre tout au long de la nuit.

Dimanche 20 Mai 2018

7h06 – Léa et son ukulélé ne peuvent résister à la tentation d’aller saluer, en musique et en rimes, le soleil se levant au dessus des montagnes et du lac. Un bel instant de poésie. Vous l’aurez compris, la poésie, on aime ça.

12h44 – C’est reparti, pied d’appareil photo fixé au sac à dos, batterie de secours en poche et reflex pendant au cou. Le mollet fatigue mais la foulée reste dynamique et m’emmène de spot en spot, d’exposant en exposant, de film en film et de photo en photo…

15h47 – Le temps se couvre et les premières gouttes de pluie ne tardent à s’inviter à la fête. Tous le monde se réfugie sous les tentes. L’occasion pour les Entre Couzs et Didier Botta de faire plus ample connaissance, de trinquer à cette rencontre et de mater ensemble quelques prises de vues des deux jours passés.

(…) Depuis le début de cet Outdoormix, tout n’est qu’échanges et rencontres. Rencontres entre différents univers, rencontres qui auraient pu avoir lieu mais qui n’avaient pas forcément lieu d’être. Plus que jamais, So Rad Le Mag se pose comme un point de convergence des styles. Plus que jamais la glisse reste fun et plus que jamais, le slogan One Love prend son sens(…)

18h32 – La pluie cesse, les longboarders nous entrainent vers l’entrée du village où va se dérouler la Slide Jam. Les plus adroits tentent de glisser en dérapage le plus longtemps possible et sans toucher l’asphalte des mains. Puis il tentent de passer sous une barre qui s’abaisse de plus en plus au fil des passages. Antoine Sadousty remporte le Limbo Slide avec un style incroyable. Didier, ne pouvant s’inscrire pour le fun – sans casque, ni gants – décide d’aller slider la flaque d’eau d’à côté.

22h21 – Vanupié fait danser la foule. Mais nous sommes retourné à notre apéro de camion. Vanupié n’enchante pas nos oreilles mais nous casse plutôt les pieds… Ok, c’était facile, mais la fatigue commence à nous gagner et Patrice – le musicien – arrive ensuite sur scène.

23H36 – Patrice et ses musiciens me font oublier le poids des jambes et le dos qui s’engourdit de plus en plus. Sa musique est incroyable, survoltée, variée, et de qualité. Nous retombons tous un peu en adolescence. Ça fait du bien. Mais je n’en peux plus et retourne au QG pour savourer la suite, assis, sans bruits parasites, sans personne à se mettre juste devant toi pour filmer sans apprécier à l’aide de son insu-portable.

Lundi 21 Mai 2018

00h43 – La Petite Fumée régale mes synapses. La musique transe, la guitare, les didgeridoos… tout me berce et me porte dans le cosmos jusqu’en certaines galaxies où seul le sourire fait foi. C’est le dernier concert de ce festival. Les artistes le savent et s’offrent généreusement au public déchainé. Je suis tout ça de loin, le son est bon, je suis bien.

2h13 – Les gens, les riders, d’autres photographes nous rejoignent au QG. Tous ont le sourire aux lèvres, guitare et ukulélé sortent des tentes et des étuis. Didier sait se servir de sa guitare presque aussi bien qu’il sait se servir de son kite. Nos oreilles s’en régalent.

7h15 – Debout sur le ponton qui s’avance dans le lac, Didier scrute l’horizon, se marre, sirote sa grim et commence à me raconter ses anecdotes face à la caméra. Une interview d’aussi bon matin… Ça c’est So Rad !!! Le jour se lève tranquillement, quelques festivaliers déambulent ou titubent. Un cantonnier levé du mauvais pied râle sur les chiens qui nagent dans le lac sans être tenus en laisse (!) L’interview se finit en musique. Sur son ukulélé, les doigts de Léa accompagnent sa voix et glissent, grattent et ambiancent cette matinée. Le soleil se lève, le village se réveille et le jour de reprendre ses droits sur la nuit.

Plus tard – Les finales slackline et BMX font rage. Les speakers haranguent une foule réceptive comme jamais. La dernière journée s’achève sur quelques dernières rafales de vent. Didier ne sait jamais quand s’arrêter et il aurait bien tort de s’en priver. Sans sommeil, aile en l’air, il s’y envoie et s’envole. La veille, il gagnait le contest et repartait avec le pactole. Aujourd’hui, devant sa muse, il s’amuse, le règne de Didier n’est pas prêt de s’arrêter, alors que non loin dans un coin, une musaraigne joue de la cornemuse et dérobe un pain au lait…

Un énorme merci à Alex Jakette pour nous organiser cet Outdoormix Spring Festival, à Marianne Ô Marianne sans qui nous n’en serions pas là. Un énorme merci à Ben pour son implication et me laisser évoluer de l’autre côté, aux Lacets des Fées pour ce moment complètement dément, aux frères et soeurs d’Entre Couzs qui sont toujours dans les bons coups, à Didier bien sûr pour son sourire éternel, son positivisme et sa disponibilité. Massiv’ Big Up à Steph pour les pures images et la bonne humeur. Heureux d’avoir pu partager ça avec toi, une fois de plus.

Merci à tous et bientôt les Pièces de Vies avec de la bonne musique et des images qui bougent.

Et n’oubliez pas, la glisse, C’EST FUN !!! ONE LOVE & BOULAFACETTE

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *