SO RAD CHRONICLES – WESH SIDE STORY – Chapite 4

Quand So Rad annonçait début mai qu’on allait se balader au Mondial Du Vent, ce n’était en fait qu’un faible prétexte pour aller voir ce qui se passe à côté et rencontrer du monde.

Dans le Sud et plus particulièrement à Leucate, une des figures locales, c’est le très fameux Julien Taboulet AKA Wesh.

So Rad vous fait découvrir ou redécouvrir l’animal sous un nouvel angle, allant fouiller dans ses souvenirs les plus enfouis pour vous sortir les instants « raaad » d’un des riders français les plus influents du milieu.

Chapitre IV: « Remonte ton Boardshooooorrrrrrttttt!!!!! »

Ce soir Julien est triste. Les derniers mags de windsurf français sont sortis. Avec eux les reports des deux dernières étapes du Rip Curl Windsurfing Pro Tour dont celui de l’incroyable étape de l’Ile aux Vaches. (ndlr: nous ne saurions que trop vous conseiller de replonger vos yeux dans les divers articles traitant du sujet sur So Rad)

Hormis Thomas Traversa (que nous apprécions tous beaucoup) on ne voit quasiment personne d’autre sur les photos. Wesh s’insurge « C’est fou, c’est quand que les médias parleront de TOUS les riders ?!!? »

J-B Caste (géniteur et organisateur du RCWPT) de passage ce soir est lui aussi déçu. « C’est un événement mettant en valeur les 32 meilleurs waveriders français, c’est vraiment dommage de ne se focaliser que sur les 3 meilleurs et encore, ils en parlent à peine… »

Louise-Aïna rempile, regardant par dessus mon épaule le mag que je suis en train de feuilleter « Il est où mon papa ??? » – no comment…

Forcément la discussion enchaîne sur le sujet. « Quand on voit ce que font certains mags de surf et de skate, ils sont vraiment un cran au dessus par rapport aux médias de windsurf. Ils parlent de tous les riders; ceux qui font des contests, ceux qui trippent, ceux qui montent, les anciens… L’esprit du mag diffère et ne se focalise pas sur le monde de la compétition, ou des riders qui en sont issus… »

Alors qu’un vent de révolte souffle chez les Weshs, Caro arrive tout sourire et nous tend des enveloppes. Grosses émotions, Caro et Julien nous invitent pour leur mariage. C’est beau n’est ce pas? On verserait presque une petite larme tellement c’est émouvant. L’apéro s’enchaine et la soirée suit son cours… Une bien sympathique fin de journée.

Le lendemain, pour mon dernier jour avant de reprendre la route, aller voir des castors qui font du surf, du kite et du wakeboard, (cf: les Chroniques d’Une Assiette) je retrouve Julien au club.

« On en était où ma caille???« 

Et nous revoilà plongés dans la folle vie du Wesh.

Fin 2004 à Hawai, Caroline Barbeau y était aussi. « On se connaissait depuis un bout de temps mais nos 4 ans d’écart ne nous avaient pas encore rapproché plus que ça… Je l’ai toujours eu en ligne de mire, mais avant elle était trop jeune…« 

Caroline a grandi, elle est plus belle que jamais et le Wesh tombe « in love ».

« Elle a tout changé dans ma vie!!! Avant c’était toujours compliqué avec les copines qui restaient en France pendant que je me déplaçais de contest en contest… Elles savaient très bien que je n’étais pas un exemple de sagesse, et j’avais beau leur dire que je n’avais rien fait d’autre que de me focaliser sur la compèt, bizarrement elles ne me croyaient pas et ça n’avait jamais marché plus que ça. Avec Caro, on fait nos voyages ensemble quasiment tout le temps. C’est vraiment une chance incroyable.« 

On le sait maintenant, Wesh aura toujours été très proche d’Antoine Albeau, ainsi que de pas mal d’autres riders. Mais à l’instar d’Antoine, d’autres comptent énormément dans sa vie. C’est ainsi qu’il me parle de Pierrick Wattez, un retraité de la coupe du monde lui aussi. « C’était un peu mon père spirituel. Je pouvais l’appeler pour tout, dans les moments les plus beaux comme ceux plus durs. Il m’a vraiment aidé sur le plan compétition mais aussi sur le plan plus spirituel. C’est vraiment quelqu’un qui est important pour moi depuis cette époque. »

C’est aussi à cette période que Julien décroche le plus gros contrat de sa carrière avec JP/Neil Pryde. Beaucoup de développement pour les boards à cette période, et la production de la fameuse vidéo Rock’n Roll. La vidéo qui est restée gravée dans bon nombre de mémoires de windsurfers et que nous vous présentions dans le chapitre précédent.

« Ils mettaient beaucoup de pression pour les résultats, ça motivait mais des fois c’était aussi trop. Hahaha je me rappelle que lors des photo-shootings à Hawaï, le team manager Martin Brandner (boss de la marque depuis) mettait des gros coups de corne depuis l’hélico pour me dire de remonter mon boardshort parce qu’on voyait mon cul !!!« 

Wesh aurait voulu que chaque gros rider du team ait son propre pro-modèle, avec des décos spéciales pour chacun mais JP n’était pas dans cette optique et ça ne s’est jamais fait. Du coup en 2006 quand la marque allemande F2 propose à Julien d’avoir ses planches signatures avec carte blanche sur les graphismes, il saute sur l’occasion et quitte le groupe JP/Neil Pryde pour les planches F2 et les voiles Naish.

« C’était le meilleur moment de toute ma carrière sportive. Avec le wakeboard, je savais que je voulais des boards qui me permettraient de retrouver les mêmes sensations, Patrick Diethelm, qui shapait à l’époque pour la marque, m’a fait les meilleures planches que j’ai jamais eues. On a lancé le programme CYB « Customize Your Board » et si ça n’avait pas été pour du windsurf, ça aurait cartonné. Chaque client pouvait commander sa propre déco sur les planches de série, c’était super. Mais bon, le milieu est trop petit et c’est dommage que de telles initiatives soient quasiment mort-nées avant même d’avoir pu faire leurs preuves. Mes boards étaient folles!!! Un pote, Julien PsykoGraf de Vikteam (ndlr : R.I.P. Vikteam, une marque bien intéressante mais qui n’aura pas su transformer le succès rapide qu’elle a connu à ses débuts avant de mourir toute seule…) qui m’avait fait les graphismes de la board avec les chaines. Et puis aussi mon tatoueur, Gillou, qui a dessiné mon twin avec la diablesse et celle avec les roses, celle-la même qui sera utilisée pour les graphismes en série.« 

En 2007, Wesh pète les scores en contest et fait le meilleur résultat de sa carrière; 3 ème à Pozo et 9ème mondial à la fin de l’année.

« Je crois que je voulais toujours être champion du monde, mais quand même peut être un petit peu moins qu’avant. Mais bon je voulais toujours peter un top 5 ça c’est sûr!!!!« 

« Cette année on était au Cap Vert avec J-B Caste, Caro bien sur et Nicolas Leloup (parti surfer les vagues éternelles depuis). C’était tellement parfait pendant 1mois et demi qu’on a fini par acheter un appartement là-bas. Bon on n’y est pas retourné depuis, mais c’est dans nos projets« 

julien taboulet, caroline barbeau, jean baptiste caste, wesh, wesh side story , cap vert, art, dessin, découpage, so rad, so rad le mag

C’est aussi cette année que le DVD Ride on the Rocks voit le jour. Superbe, engagé, et parfaitement représentatif du spirit de la Wesh Family. On ne vous en dit pas plus, mais une petite surprise ne saurait tarder à pointer le bout de son nez sur So Rad.

Maintenant le Wesh voyage en famille, ne veut plus être champion du monde et vit une vie entre voyages, ses enfants et le club que Caroline et lui ont monté…

S’est il calmé pour autant ? « Oui je me suis quand même un peu calmé sur les conneries, Antoine est toujours aussi fou mais moi, le fait d’être quasiment tout le temps en famille me donne moins envie d’aller risquer ma vie en cassant des voitures. Par contre avec le recul, je reprends goût à la compétiton avec des nouveaux circuits comme le Rip Curl Windsurfing Pro Tour. Ça faisait quelques temps que je n’étais pas parti tout seul sur une épreuve comme à l’Ile aux Vache et c’était génial. Je ride pour Naish et Quiksilver entre autres mais mes sponsors de maintenant ne demandent pas de résultats en contest. Ils sont très contents de l’esprit que l’on véhicule avec Caro et les kidz, on fait des belles vidéos mais c’est clair que j’aime toujours la compète. En plus c’est bon pour la com’ du club. Pour moi l’idéal serait d’avoir un deuxième moniteur au club d’ici quelques années pour pouvoir me laisser plus de temps pour rider et refaire quelques contests sans prise de tête.« 

Le Wesh est donc un papa tout calme maintenant, mais qu’en disent les autres? ceux qui l’entourent maintenant? ça sera pour le prochain et dernier chapitre de notre Wesh Side Story.

Sachez seulement que So Rad part une bonne semaine voir ce qu’il se passe sur la Coupe du monde de windsurf dans les antilles néerlandaises sur l’ile de Bonaire. Il y aura donc un petit ralentissement dans l’activité de votre webzine, mais nous aurons toujours des infos croustillantes et fraîches à vous proposer 😉 

Laterzzz

Colin d;{-

Une réaction au sujet de « SO RAD CHRONICLES – WESH SIDE STORY – Chapite 4 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *