SO RAD EN BALADE – Rip Curl Windsurfing Pro Tour – Raw Cuts Day 2

Deuxième et dernière journée sur l’étape du Rip Curl Windsurfing Pro Tour à Carro (13)…

Moins de vent et de vagues mais encore beaucoup à faire et finalement des conditions suffisantes pour valider le tableau d’élimination jusqu’aux phases finales.

1412591_758618740859607_6262093516819105300_o
Yann « Zorglub » Sorlut

Malgré une maitrise parfaite des airs, Régis Bouron laisse la victoire filer entre ses doigts au profit de Yann Sorlut. Omniprésent sur le spot, ne laissant filer aucune vague sans lui faire subir ses surfs engagés, Yann aura fait un parcours sans fautes.

Nicolas Akgazciyan beau troisième peut être content de lui, il ne lui manquait pas grand chose pour aller titiller les deux premiers.

L’excellent local Sylvain Puig se surprend lui même, et avec une finale ou il n’aura pas été au mieux de son art, il reste trop content d’y être arrivé et gardera le sourire pour un bon bout de temps.

Gauthier Lefevre aussi va garder le sourire longtemps, le jour de son anniversaire, il termine 5ème et 1er amateur. Nous on aura adoré ses air-chachoo’s. Un mec bien raaad’ et bien cool.

Flo « Rastaman » Catry s’est mis bien lui aussi, en arrivant jusqu’en demi-finale, après avoir eu très chaud face à Benoit Devinat au troisième tour. Ça s’est joué à 0,25 points…

Chez les plus jeunes, c’est Alex Grand Guillot le bas normand de 17 ans, qui va le plus loin en atteignant les 1/4 de finale. Très belle prestation.

L’ombre au tableau si il y en a une, c’est le monde. Beaucoup trop de monde sur le spot. Des habitués ou des touristes qui ne voudront pas faire l’effort de laisser de la place au compétiteurs. Du stress et des crashs évités de peu entre les riders du tour qui essayent de se concentrer sur leur performance mais qui seront plus d’une fois gênés par un free-surfeur au vent ou sous le vent… Pas toujours facile pour les juges non plus de retrouver leurs compétiteurs dans cette masse de voiles multicolores filant sur le plan d’eau. C’est vraiment dommage, surtout quand il y a des vagues et du vent sous le vent du spot et ce pour tout le monde, et que la compétition ne se déroule qu’une seule fois par an. Certains réagiront en disant « c’est mon spot je ne vois pas pourquoi je devrais bouger », d’autres crieront au scandale d’oser vouloir faire place nette pour les compétiteurs, on entendra même un risque de voiture brulée pour moins que ça… Mais c’est justement ce genre de réaction qui pourrissent l’ambiance d’un spot avec des règles de localisme. Et chez So Rad Le Mag, le localisme, on déteste ça…

Malgré tout la vibe reste la même sur cet évènement, à savoir une grosse famille où tout le monde est content d’être la. Les rires fusent à longueur de journée, anciens et djeunz finissent à l’apéro tous ensemble en fin de journée, qui se termine chez Rafael Filippi, dans sa superbe maison, face au spot qui nous aura tenu en haleine tout le week end. On pourrait presque se croire au pays des bisounours, eh oui.

La waiting periode reprend ses droits jusqu’au 20 décembre, d’autres étapes peuvent voir le jour d’ici là…

à la go pro; Nicolas Akgazciyan (en plein heat) et Adrien Bosson (en free session freestyle/wave), merci à eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *