INDOOR VARSOVIE – WINDSURF AIN’T DEAD, NOT YET.

Je ne voulais pas faire d’article sur l’Indoor qui vient de se dérouler en Pologne, à Varsovie. Je n’adhère pas plus que ça au concept que je trouve obsolète et désuet. Cette piscine géante, mais toujours trop petite, et ses gros ventilateurs, donnant une impression de retour au temps de la révolution industrielle, où la populace se plaisait à faire tourner des machines bruyantes parce que c’était nouveau.

Et puis je me suis souvenu de l’Indoor de Bercy, de celui de Gent, de Londres au milieu des années 2000. Trop jeune pour avoir connu les premiers du genre, mais dont les « anciens » ne cessent d’en faire les louanges, je n’avais pour (faible) mémoire que ceux d’il y a 8 ans.

À l’époque pas de retransmission en direct, il fallait y être ou attendre les vidéos qui allaient fleurir sur le net (encore peu développé) de l’époque.

Le spectacle avait l’air d’être au RDV. Je me souviens m’extasier devant Yannick Anton et son double front loop, les Air Chachoo de Kauli Seadi, des tricks de freestyle gagnants de Nico Akgazciyan… Mon admiration sans borne de jeune adolescent pré-pubère de l’époque, est maintenant légèrement plus nuancée en re-visionnant les images de l’époque. Il y avait quand même beaucoup de crash mais l’ambiance était belle et bien là, les manœuvres sur la piscine étaient quasiment aussi techniques que celles réalisées lors des coupes du monde, ou free sessions « feu d’artifice de tricks » de l’époque…

Et puis vendredi dernier, l’Indoor fait son grand retour dans le monde du windsurf…    …en Pologne !!! Super me dis-je alors, ça va être comme pour une soirée foot, mais en version windsurf. Retransmission en live sur le web, les copains débarquent, le pack de bière est prêt, l’écran de l’ordi nettoyé, la connexion internet boosté pour pouvoir profiter au maximum du show, les manœuvres, jumps et matos ont radicalement évolué, le concept même des ventilateurs, tremplins… a forcément été peaufiné. Le spectacle devrait être au rendez vous à défaut de montrer notre sport sous son aspect le plus naturel et éco-responsable.

10671214_10152999558365166_2543725581749139589_n

Mais c’est la douche froide. Au bout d’une demi heure, mes potes qui ne connaissent rien au windsurf me demandent si c’est les entrainements ou un truc officiel. Les gradins sont vides, les temps morts entre chaque passages sont interminables, le niveau sur l’eau est triste à voir, deux riders ex-champions du monde de freestyle peine à faire une figure de base comme le spock… les commentateurs achèvent le mauvais deal par leurs tons ultra monotones, et sans la moindre once d’excitation, pire qu’une compète ASP…

Au moment de quitter ce triste spectacle, Nico Akgazciyan s’élance. Par curiosité et par sympathie je regarde son run. Bim, bam, boum, Nico impose son style et remporte haut la main les qualifications pour la finale. L’écart entre son niveau et celui des autres est incroyable. Alors que les autres riders donnent l’impression de naviguer avec un niveau de l’année 2000, Nico pose ses moves, « classiques » mais techniques ; que l’on retrouvait entre 2006 et 2010.

10257139_10152998791325166_3014665721455020354_o

Un peu plus tard, regardant distraitement, tout en s’apérotisant, la rampe de saut est mise en place… concours de forward, ce bon vieux salto avant en planche à voile qui existe depuis le début du « funboard »… les pros capablent de coller des doubles forward pieds au sec, peinent à poser une simple rotation, deux/trois riders audacieux tentent les rotations arrières sans grand succès a l’exception du jeune guadeloupéen Antoine « Titoun’ » Martin… Je me couche plus tard en me disant que c’était triste à voir.

Le lendemain rebelote, mais avec les phases finales. Enfin du monde dans le stade, plus d’ambiance, les riders sont aussi plus à l’aise et sans faire d’étincelles ni de figures incroyables comme on pourrait le voir sur une vrai vague avec du vrai vent, le show est honorable et surtout bien plus rythmé. La suite tout le monde ou presque la connaît si vous suivez l’actualité. Nico Akgazciyan gagne le freestyle, finit second du slalom et Thomas Traversa remporte l’épreuve de saut.

10620648_10152999555605166_9245116495635668_n

Trop curieux, il nous fallait savoir comment et pourquoi nous étions  déçus, et en même temps fier de voir les potes s’imposer devant le gratin mondial (dont ils font parties) sur une épreuve qui se veut, voulait, voudrait (…) populaire. Pour So Rad Le Mag, Nico prend la plume

« 3 mots pour décrire cet événement : dur, éprouvant, incroyable!

Les 4 premiers du classement provisoire 2014 étant déjà qualifiés, tout les autres et moi même devont passer les trials.

Dès 8h du matin en haut de la rampe pour les premiers trainings de slalom, on enchaîne sur les qualifications et ainsi de suite jusqu’à 17h30.

Une bonne journée de stress passée en combi, dans l’unique but de faire partie des personnes qui participeront à l’un des évènements clé de nos carrières.

Malgré la superficie du stade, plus grand que les anciens indoors, les conditions sont plus difficiles à cause d’un vent vraiment particulier. Sensé faciliter la circulation du souffle, les ventilos n’ont pas les mêmes angles ni la même puissance, c’est super irrégulier et vraiment dur.

Pas le temps de savourer nos qualif’s, que la 1ère soirée commence.

Les français se font bien remarquer en jump et sont 3 sur 4 sélectionnés pour la finale. Ils sont clairement au dessus du lot.

En slalom Julien Quentel finit 5ème et loupe de peu la finale du samedi malgré son poids plus important. Je finis 1er dans mes 2 manches!!! Ça m’a vraiment surpris car je ne pensais même pas avoir ma place le matin pour le main event et je me retrouve en finale du slalom…. juste incroyable !!! Ca glisse bien, je me concentre sur mes jibes car c’est là que ça fait la différence.

10446285_10153000831865166_8377522788727815520_o

Le freestyle… wooooh les entraînements !!! Je suis loin d’être serein et je me qualifie sans vraiment être satisfait de ma prestation. Anto Ruenes s’est clairement bien exprimé et remporte aisément les trials freestyle.

Durant le show, mon 1er move passe bien ce qui me redonne confiance voyant les crashs de Gollito (6x champion du monde) et Steven VBH (ex-champion du monde lui aussi) qui paraissaient plus en difficulté que nous.

J’assure le reste de mes runs et finis sur un chachoo. Il passe, woooooh je n’en reviens pas !!! Le stade est en folie, les photographes, cameraman etc se ruent sur les finalistes,  juste incroyable.

Dur de gérer tout ça, on a pas l’habitude d’être des rock-stars, et surtout rien n’est terminé car tout se joue le lendemain.

10606017_10152999555020166_6564799011199523724_n

Après une bonne bringue polonaise, retour à 8h du matin pour de nouveaux entrainements. Bizarement moins de monde à répondre présent.

Le 2eme show commence et on sent qu’ils mettent plus de moyens que la veille.

Un début de show à l’américaine, on commence par le freestyle. Mon 1er run passe moyennement.

Taty assure bien mais je tente de partir en « gozzada » (dos à la voile et pieds inversés, dans le rail de la rampe de lancement). Ça passe… pas parfait mais techniquement bien et je finis par un chachoo comme la veille.

Jusqu’à l’annonce des résultats je ne suis pas rassuré. Les riders ont mieux navigué que la veille et je sens que c’est serré.

Les résultats tombent, ma joie éclate, je n’en reviens toujours pas de réitérer une nouvelle fois en freestyle 8 ans après !!! Juste magique!

15767_10152999555720166_3656689975909754844_n

Le slalom enchaine, j’attaque la manche plus en confiance après cette 1ere victoire! Je me fais rentrer dedans au jibe par l’italien Andrea Rosati mais fini correctement ma courbe, continue pour finir 2eme et accéde à la super finale. Wooooh je n’y crois toujours pas….. Réveillez moi c’est trop beau pour être rée ?!!? Sortant de l’eau, je vois tous les potes frenchies avec le gros smile en mode « BOUM tu l’as fait mec! »

C’est une belle bataille contre le rosbeef Ben Proffit, 2 victoires à 1 mais l’avantage est donné à celui sous le vent et vu qu’il avait gagné la dernière manche, il partait logiquement favori! Je finis 2ème et je vais encore mettre du temps à réaliser tout ce qui vient de se passer!!!!

Côté jump, les frenchies font le show comme il faut, Ricardo Campello veut gagner et s’en donne les moyens en mode suicide comme d’hab’ mais Thomas Traversa survole le public avec un fat forward loop et se place incontestablement 1er !!! C’est énorme, (ndlr : et Titoun de finir 3eme quand Jules Denel se loge au pied du podium).

Bilan on est tous crevé, heureux et bien content d’avoir pu participer à cet indoor 40 000 personnes (sur 2 soirs), vu de l’intérieur ça donnait bien! A réitérer sans modération, en extérieur peut être, que l’écoulement de l’air soit plus fluide. C’est un des détails qui rendrait la tache bien plus facile. »

Pour la rédaction So Rad Le Mag, c’est un bel événement si on regarde le best-of. Mais la retransmission en live ne nous plongeait pas vraiment dans l’ambiance. La faute à des commentateurs trop mous, à trop de longues pauses quand les ventilos sur-chauffaient. Peu d’entrainement et de temps de mise en conditions pour les riders peuvent aussi expliquer le manque d’aisance au début. Les gars sont à peine chaud que c’est déjà fini… A refaire donc, mais peut être en repensant l’organisation.

En attendant les images qui sortent sont irréelles, la performance de nos riders est incroyable, les français sont en super forme et cela ne peut que faire du bien pour la glisse française en général.

Merci Nico pour le report, et Facebook pour les photos libres de droit (en vrai on peut dire merci John Carter de la PWA)

2 réactions au sujet de « INDOOR VARSOVIE – WINDSURF AIN’T DEAD, NOT YET. »

  1. J’y étais et me suis ennuyé à mourir le vendredi soir… Le samedi, super ambiance, plus de fun, meilleur niveau, moins d’attente et des Français sur le podium dans une enceinte au top en plein centre ville. Promis, si l’event revient l’année prochaine j’y serai aussi!!!

    Messieurs les artistes qui ont le courage de faire ça dans 70cm d’eau… BRAVO et merci pour le spectacle.

    1. Merci pour ce retour, vu de l’intérieur en tant que spectateur 😉 l’année prochaine en « envoyé – spécial » alors 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *