KEROU BEACH PARTY – X – SO RAD LE MAG

« Un pack de Kékette pour le premier qui s’envole sur un trick qu’il n’a encore jamais tenté sur du dur ! ! ! » La voix du MC retentit dans le micro sans fil, portée aux oreilles de tous par les grosses enceintes. « Oh la Kerou Beach Party est-ce que vous voulez voir du sang gicler, est-ce que vous voulez entendre des os se briser, des couilles exploser, des arcades se fracasser !!! » Le public se met à gueuler. Le speaker aurait pu dire ce que vous venez de lire ou n’importe quoi d’autre, la foule aurait de toutes les manières donné de la voix, chauffée à blanc par les cascadeurs du mountainboard et du MTB.

14291768_10153952615512709_4743276573473539728_n

Ici et là, des crashs bien violents, des dos et des têtes qui percutent les panneaux de contreplaqué, posés à même le sable pour assurer la réception du big air. Des gros tricks la tête en bas, des réceptions parfois hasardeuses, c’est ça qui est bon selon eux. Okay, pourquoi pas.

La techno tape, les DJs se relaient derrière les platines pour envoyer de grosses basslines pendant que la buvette ne désemplit pas. La bière c’est bien. C’est bien pour soigner les maux de têtes due aux mauvaises et trop chères moules/frites surgelées de la veille. Ou peut être était ce juste la soirée qui suivait, qui aura peut être pour certains trop duré… Mais on s’en fout, les gens sont venus pour rigoler, s’en prendre plein les yeux et s’en mettre plein les oreilles. De ce côté là, on peut dire que tout y est.

Trois ans qu’il n’y avait pas eu de Kerou Beach Party. Il y en avait plusieurs par an fut un temps. Trois ans sans rien et puis cette année, un crew de jeunes locaux bien motivés ont repris le flambeau. Ils avaient une quinzaine d’année à l’époque des premières K.B.P., ils ont grandi dans cet esprit festif, de partage et de convivialité.

Quelques anciens sont venus voir ce que les « gamins » ont fait de feu leur évènement. Ils sourient, se remémorant quelques anecdotes, les matins difficiles, les soirées bien énervées. . . La nouvelle génération a l’air de respecter l’esprit d’antan. La vibe est là, les sourires aussi. Vient le moment de notre soooo infamous Apéro La Kékette X So Rad Le Mag et là encore les gens sont contents. La bière légèrement épicée, ça plait bien visiblement. Tant mieux, parce qu’on n’est pas prêt de s’arrêter. . .

La météo aurait pu être meilleure, mais ça aurait aussi pu être bien pire. Quelques gouttes de pluie, un vent un peu trop fort pour offrir des conditions de surfs dignes de ce nom mais les gars se sont mis à l’eau et le contest surf et bodyboard a bien eu lieu. En s’approchant du bord, on peut apercevoir quelques bons turns chez les surfers et souvent de beaux tricks venant des bodyboarders.

Le cadre est magnifique. Pourtant, il n’y a quasiment pas de touriste et à quelques exception près, le public est composé de locaux, de gens du coin. Les « étrangers » viennent du Morbihan, à même pas trente bornes d’ici. Parmi eux d’ailleurs, un graffeur. On aime bien les artistes à So Rad Le Mag. Il s’appelle Takir El Moustik, il vient de Lorient, et il est là avec son pote Jan pour refaire une beauté aux toilettes de la plage. Toute surface est bonne à peindre et celle-ci faisait vraiment tache dans le paysage. En quelques heures, des couleurs apparaissent et déferlent dans une vague, psychédélique à souhait, sur un mur de chaleureuses fleurs tropicales. Son inspiration vient directement d’Amérique latine, sa femme est colombienne et il y passe une bonne partie de son temps, bombes de peinture dans les mains, l’inspiration débordante d’un flow de créativité constant.

14238306_10153938999622709_5949525432863598347_n

Le jeune Président Floch, leader du renouveau de la K.B.P., le Vice Président Wassim Seize Ans et tout le reste de l’équipe peuvent se réjouir. La mission est accomplie. Les gens sont contents, le Kerou a retrouvé le sourire – non qu’il ne l’ait jamais perdu – et les caisses sont pleines. Avec cette thune, ils comptent remettre le couvert au plus vite. Mais veulent aussi que les jeunes dépourvus d’oseille puissent découvrir les menus plaisirs de la glisse, via l’école de surf. Ça nous parait plutôt beau comme projet, c’est même émouvant non ? On suivra ça de plus ou moins près dans les mois à venir en tout cas.

Quant à savoir si So Rad Le Mag reviendra ? Disons que nous avons oublié notre banderole « hand made » donc oui. Et puis ne serait ce que pour le plaisir de recroiser cette jeune équipe de délurés, retrouver cette soif de partager la glisse sans diviser les styles, ressentir cet amour de la surf vibe, revoir les sourires s’afficher alors que la pluie dégouline, là où partout ailleurs donnerait de tristes mines. Et puis les crêpes de Dédé. Ouais So Rad Le Mag reviendra aussi pour les crêpes de Dédé. Elles étaient bonnes ses crêpes.

14384083_10210335645289646_1367661826_n 14341815_10210335645249645_1414944468_n 14291921_10153939008192709_8872800256242368592_n 14264005_10153938995407709_4970390562959114439_n 14224789_10153938992877709_549564491431980914_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>