COMMENT NE PAS SE FAIRE « SHOPPER » PAR SA NANA EN TENTANT D’ESQUIVER LE DOULOUREUX MOMENT DES SOLDES D’ÉTÉ. (ou son mec, c’est selon…)

Ce texte est une histoire sponsorisée, ce qui n’enlève absolument rien à notre verve et à notre liberté de création, on se met juste un petit billet au passage. Faut bien vivre quoi 😉

Madame veut faire les boutiques de fringues, normal, c’est l’été et la période de soldes qui va avec.

Monsieur ne veut pas, il trouve ça irritant, il y a des petites vagues à shredder en ce moment, c’est sympa en longboard ou avec un gros fish. C’est une bonne excuse pour échapper aux soldes mais nul n’est dupe et le jour où la source de ce swell salvateur se tarit, les bonnes excuses, pour échapper à un portage d’emplettes en règle, fondent comme neige au soleil.

Un jour passe, puis deux puis trois et toujours rien à faire, l’horizon reste plat comme une limande. Lui n’en peut plus de piétiner à longueur d’après midi d’un rayon à l’autre, de magasins de lingerie en shop de prêt à porter. Il se dit qu’il va mourir et c’est là que, poussé dans ses derniers retranchements, il feinte un malaise.

Il ne supporterait plus le soleil, ni l’atmosphère viciée des allées de magasins. Il poussera même le subterfuge jusqu’au point de s’écrouler sur le trottoir, pris de soudaines convulsions, et la bave blanche au bord des lèvres. Que ne ferait on pas pour échapper à ces putains de soldes…

Elle, reste pantoise. Dubitative au début mais vite convaincue de la gravité de la chose, elle le raccompagne à leur tente, au camping deux étoiles et bon marché de la station balnéaire où ils avaient décidé, au dernier moment, de partir passer quelques jours en ce début d’été.

Elle soupçonne son montagnard de compagnon de ne pas bien supporter l’absence de houle, imagine le début d’une dépression nerveuse qui serait due à la vision permanente de cet horizon plat. Elle lui demande de vite se remettre, qu’elle compte sur lui pour s’occuper d’elle ce soir, l’aguiche furtivement mais devant les grognements peu complaisants qui en résultent, elle repart vite à ses occupations soldesques, tout en se disant qu’il risquerait fort de s’ennuyer, le pauvre…

Seulement, le dieu du capitalisme a inventé le smartphone, et ce que madame ne sait pas, c’est que monsieur n’a aucun problème. Contaminé par le virus des soldes lui aussi, il est juste en train de faire de frénétiques achats sur Montagneshop.com. Il s’est dit que sa prime d’été passerait bien dans de nouvelles planches pour squatter le park l’hiver prochain. Les tarifs l’affolent, les chiffres de la CB défilent dans les acquisitions en ligne et ainsi la batterie de son téléphone se vide, toujours trop rapidement, avant qu’il ne soit arrivé à vider la quasi totalité de son compte en banque.

Cinq heures plus tard, elle le retrouve endormi, le téléphone dans la main. Suspicieuse comme jamais, elle s’en empare, le branche rapidement sur le port USB de la voiture et commence à faire défiler les messages. Rien à signaler de ce côté là… Les réseaux sociaux ? Non plus. Et c’est en allant sur l’historique de navigation qu’elle pousse un cri d’effroi. La colère lui monte aussitôt aux oreilles, elle lui saute dessus avec rage et l’assène de coups à l’aide de son surf, un petit shortboard au nose particulièrement pointu, qu’il avait pourtant jugé inutile d’emmener. Mais trouvant l’effet de style, une fois la board posée sur la plage, plutôt sympa, il s’était dit que le décor n’en serait que plus agréable.

histoire sponsorisée

Si il s’était abstenu, de vouloir frimer avec son petit surf, en le trimballant partout comme on promène son chien, et si il avait seulement songé à effacer son historique de navigation, sa femme ne se serait jamais rendu compte de l’infidélité aux soldes faites, et il aurait pu profiter d’un hiver, nouveaux skis aux pieds.

Au lieu de cela, il sortira de son coma un an plus tard, le compte en banque vidé par ses achats, achats dont il n’aura même pas pu profiter. Ne trouvant nulle personne répondant à l’adresse indiquée, le livreur était reparti avec suffisamment de matériel pour s’offrir une nouvelle vie en revendant le tout… S’exilant au Bahamas, il y rencontrera une créature de rêve au passé lugubre, elle aurait manqué de tuer son ex-lover à coups de surf. Du moins, c’est ce que dit la rumeur qui lui tourne autour.

On vous laisse avec votre propre morale, et surtout n’hésitez pas à inverser les rôles… A votre guise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *