En se baladant d’évènements en évènements forcément on fait des rencontres. Des riders bien sur mais avant tout des gens passionnés. On vous avait prévenus, So Rad traitera de tout ce qui touche de près ou de loin au monde de la glisse… Et pour cette chronique, c’est de musique que nous vous parlerons.

ALASKA, ce n’est pas que l’état le plus glacial de ces chers U.S.A., c’est aussi le nom d’un groupe de pop-folk Rochellais dont nous avons rencontré l’un des gars au Wesh Center Crew pendant le Mondial Du Vent.

On a discuté avec un mec qui parlait de bodysurf, et le bodysurf c’est rad. Pierre de son prénom, Lubrano de son nom de famille est le guitariste rythmique du groupe. Après avoir écouté le premier album d’Alaska, on a voulu en savoir plus sur le groupe.

À la première écoute, on retrouve un mélange d’inspiration passant d’une intro très Kavinskienne à des sonorités revisitant deux/trois morceaux dans l’esprit Pink Floyd. Leur son très mélancolique est également parfois mâtiné d’un Caribou, d’un Neil Young ou d’un Jeff Buckley. Non vraiment ça s’écoute sans forcer sur les tympans, vraiment sympa.

Mais qui sont ils ? Pierre nous parle au comptoir. « En fait tout a commencé avec Aymeric qui, sur un site de partage entre musicos, fait connaissance de Nicolas. Ils se sont envoyés leurs sons respectifs et se sont mis à jouer ensemble. Aymeric à la guitare et Nico au chant ».

Si l’un est plus branché rock/blues, l’autre est plus pop/folk. Plus tard c’est Antoine qui les rejoint au piano/synthé. Ils créent The Maps, produisant des reprises, mais ils se mettent vite à composer leurs propres morceaux. Alaska naît ainsi, fin 2013.

Pierre continue « Je ne suis arrivé qu’assez tard dans le groupe, ils cherchaient pour leurs première représentations live un guitariste rythmique. Ils connaissaient déjà ce que je savais faire et m’ont invité sur un live. La sauce a vite prise, en fait ce concert faisait office d’audition mais je ne le savais pas. Depuis on a enregistré un album et ça marche du tonnerre. On a enchaîné six concerts en un mois !!! »

Ce qui anime leurs chansons? Les passions impossibles, les romances mélancoliques, l’oubli… Mais les chansons qui sont plutôt tristes sur leur album prennent une forme bien plus joyeuse dans les concerts. « On aime bien la musique, on la fait pour nous avant tout. Ce qui nous plait du coup c’est d’écrire deux histoires à chaque fois, des versions différentes de fin, voir même des rythmes et des sons variant selon notre humeur. »

La seule chose que So Rad pourra ajouter à cette chronique, c’est de vous dire d’aller rider, puis écoutez leurs tracks, mettez le casque sur les oreilles, détendez vous et appréciez juste la voix smooth et posée ainsi que les rythmes planants d’Alaska…

le Facebook

le Band Camp

le Sound Cloud

85962d3489535

Une réaction au sujet de « SO RAD CHRONICLES- La Chronique pour vos Oreilles – Alaska »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *