HUMOR ME BITCH – La Glisse Au Pays Des Merveilles – Part III

Nouvelle année, nouvel hiver, on pensait que tout allait mieux se passer.

Bon on s’est un peu planté sur le coup mais le programme de So Rad Le Mag ne doit pas changer. Alors pour ce début de semaine, l’infamous chronique Humor Me Bitch fait son fracassant retour.

Faire rigoler, rêver mais aussi aller fouiller là où ça fait tiquer. Parce que l’on n’a pas pour vocation (surtout en ce moment) à se laisser glisser sur la vibe ambiante qui nous entoure… Aller brasser à droite à gauche, remonter à contre courant, raconter des blagounettes sur l’actualité rythmant la vie et l’évolution de nos belles activités, fait partie de nos petits plaisirs, de simples instants d’exaltations et d’exubérances quotidiennes.

Les p’tites chroniques d’la Glisse Au Pays des Merveilles, c’est sur So Rad Le Mag.

Après l’incendie de la World Surf League et la symphonie de sifflets aux oreilles de nos chers fédéralistes, il était temps d’aller explorer la face enneigée des sports d’hiver. Sans vouloir créer l’avalanche de polémiques, loin de nous cette idée… Mais gardez toujours à l’esprit que la glisse, c’est du fun avant tout !!!

Sauf que quand trop de monde oublie ce petit détail, ça peut faire très mal, et pas seulement au sport.

Nous vous avons fait un clin d’oeil ou deux déjà depuis le début de l’hiver sur la quasi-absence de neige. Ceux qui ont attentivement suivi nos lignes savent ce qu’il s’est passé sur Tignes en début de saison. Avec le triste record de plus de 6000 personnes envoyées sur le glacier en l’absence de neige sur le reste du domaine. Que va t’il se passer dans 10 ans et qu’il n’y aura ni glacier ni neige pour glisser sur les joies empoisonnées des sports d’hiver ?

L’autre jour en écoutant la radio, j’entendais que les touristes de stations de ski se voyaient offrir des activités (jeu d’échec, atelier karaoké, …) au sein de la station pour pallier au manque de neige. Ah oui c’est vrai qu’à la montagne, sans neige sur les pistes, on ne peut rien faire…

Donc quand il n’y aura plus rien, pensez vous donc que la populace se rendra, à grand coup de klaxon et de bouchons, dans les hauteurs enrocaillées pour aller faire une partie de Scrabble ou de Trivial Pursuit, de mikado géant ou de concours de doudounes mouillées ?

Qu’est devenu l’esprit aventurier du ski ou du snowboard? Cet esprit de glisse, de fun et de découverte ?

S’entasser, comme le reste de l’année d’ailleurs, dans des rames de télésiège au lieu de celles du métro, puis descendre en suivant la horde. Refaire la queue, remonter puis redescendre. Bordel on dirait une mauvaise sitcom. « On nous dit de faire, donc nous faisons… Ah bon il n’y a pas de neige, mince nous allons être encore plus serrés. Mais tant pis… Eh dis donc t’as vu la station propose une bataille de boules de neige, allons-y soyons foufous !!! – Oh chouette alors, je n’y aurais jamais pensé moi même, merci la station de nous permettre de nous amuser autant…« 

mouton

Il serait temps de comprendre, que la montagne ne s’apprécie pas que sur les pistes. S’amasser sur un pauvre bout de glacier qui n’a rien demandé, sentir les même tensions que celles présentes toute l’année dans une ville bondée… Mmmmhhhh détente, plaisir, bonheur… c’est ça l’extase oh oui !!!

Marcher un peu pour aller s’isoler, pour apprécier la montagne et sa beauté, les sentiers de randonnées pouvant permettre d’aller trouver un bout de neige un peu plus loin. Il n’y a qu’à voir la créativité de certains riders quand il s’agit de trouver un peu de matière pour s’éclater et faire valoir à son juste droit le fun salvateur. Le vrai, l’honnête. Une plaque, un bout d’arbre, un bout de rocher et c’est parti au taquet. C’est là que l’on peut (re)découvrir le snowskate, trouver deux lignes à tracer en powsurf, ressortir les vieux skis un peu pourris pour ceux qui ne veulent pas tout défoncer. Des fous de la Yaute se sont même mis au ski sur feuilles. Il y a toujours quelque chose à faire pour ceux qui veulent à tout prix dévaler les pentes. Pour les plus contemplatifs il y a des animaux à observer, des montagnes magnifiées par un coucher de soleil sublimant la mer de nuages.

Encore une fois la glisse c’est fun, il suffit de savoir se montrer créatif… Mais peu sont ceux qui à l’heure actuelle, oeuvrent encore dans cet esprit.

{Attention paragraphe fictif…}

Il y a quelques années au milieu d’une station coulait une rivière. Qui se serait douté de la beauté des lieux ? Alors qu’en 2 minutes de marche le soir l’on pouvait découvrir un nouvel univers, les 9/10ème de la population étaient agglutinés au comptoir sans savoir qu’un peu plus loin dans le noir, la magie de la montagne opérait.

Une bande de potes, convaincus sans trop de difficulté, et ayant juste l’envie pour une fois de changer d’atmosphère, deux snowskates, juste ce qu’il fallait de neige pour s’envoyer en backflip d’un rocher et leur soif, pourtant insatiable, de bonheur était pleine. Personne ne songeait à cet endroit et autant que l’on sache nul n’y est retourné depuis. Pourtant l’essence même de la glisse en montagne coulait dans leurs veines à ce moment là. Il leur avait juste suffit d’avoir l’idée d’explorer ce qu’il y avait sur le côté. Un de ces instants les plus simplement rad qu’il leur ai été donné de vivre…

Alors comment faire? Est il encore possible à l’heure ou tout est fléché, indiqué, balisé de trouver de l’authenticité, de la spontanéité ? Est il possible de savoir apprécier la montagne à nouveau telle qu’elle est ? Dans toute sa beauté et dans son imprévisibilité ? Est on capable de revenir à une glisse originale, que l’on soit skieur où snowboardeur ?

Il suffirait d’un petit truc de chacun. Poser une idée et regarder un sentier à peine dissimulé. Arrêter de se suivre les uns les autres. Plutôt que de s’entasser sur les remontées, essayez le ski de randonnée. Et pour les snowboarders, les split-boards sont là pour vous. (Il va de soit que l’on se renseigne sur les tenants et aboutissants de la montagne, que l’on ne fonce pas tête baissée sans s’être au préalable enquis des quelques subtilités).

Alors plutôt que de vous pousser, vous doubler et de vivre sans intensité, sinon celle de votre agressivité, recherchez le pionnier de la glisse qui sommeille en chacun de vous et laissez vous aller sans susceptibilités.

Mais surtout rappelez vous, la glisse, c’est FUN !!!

2 réactions au sujet de « HUMOR ME BITCH – La Glisse Au Pays Des Merveilles – Part III »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *