Pendant que certains barbotaient dans la bouilloire de Carro pour le Rip Curl Windsurfing Pro Tour, d’autres prenaient de l’altitude.

Aussi, afin d’appréhender les images et les quelques lignes qui suivent, il convient de vous raconter une petite histoire…

Capture d’écran 2014-12-03 à 14.05.37

« Hiver 2010 – Col du Petit St Bernard.

La station de La Rosière 1850 vient d’ouvrir, la liaison France-Italie aussi mais pas encore sur tout le domaine. Peu nous importe, on y va et vu les conditions ça allait juste être parfait. Le mètre de neige fraîche volant par dessus la tête à chaque virage.

Sam Falquy, jeune rider local, est de la partie. Il nous régale par son engagement, des tricks énormes, dans un style bien propre à lui, basé sur le « ça passe ou ça casse ». Il vient de rentrer dans le team d’une marque naissante, découvre pour la première fois les ailes à boudins sur la neige, lui qui était plutôt habitué aux ailes à caissons ouvert, de feu la marque AIRevolution.

Il dit peiner à trouver ses appuis et repères avec cette aile beaucoup trop rapide. Ça ne se voit pas vu du sol, il nous passe carrément par dessus.

Un vol de pente plus tard, Sam se retrouve à 10 mètres de haut, grabe ses skis, se retourne en l’air pour voir le sol, aile et barre dans le dos… Woaw !!!

Et tout se passe en une fraction de seconde. On entend un clic à peine perceptible, et on voit Sam tomber comme une pierre, la barre de son kite flottant dans les airs avant de s’affaler un peu plus loin dans la montagne.

Il se crash juste derrière un gros rock, notre souffle est coupé par la violence de la scène. Quelques secondes passent, nous courons tant bien que mal dans la neige profonde, la peur au ventre de voir notre pote réduit en bouillie…

Un ski vole en l’air, un deuxième, un retentissant « PUTAIN D’AILE DE MEEEEERRRRDE!!! » explose dans le silence blanc de la montagne. Sam s’extirpe du profond cratère de neige créé par l’impact de sa chute.

Soulagement pour nous mais grosse frayeur quand même, lui n’a pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait ! Il voit le gros bloc de pierre qu’il n’a évité que d’un mètre « J’ai eu chaud là non ?« . C’est son chicken loop qui a lâché, le seul lien le rattachant au harnais.

Cette anecdote n’en est qu’une parmi tant d’autres, tellement ce garçon, tatoué d’un trèfle à 4 feuilles sur le cul, a vécu d’aventures qui surprennent, à chaque fois que l’on réalise qu’il est encore vivant pour nous les raconter… Vous allez encore entendre parler de lui cet hiver sur So Rad Le Mag »10639646_10152818694930275_6267752711224084911_n

C’est donc le Sam Falquy et son pote Hubert du Team Bestiole, qui se gavaient ce week end au Col du petit St Bernard en Savoie. Pour une des premières Rad’ Sesh’ de l’année. Quelques points qui en font une session a poser dans nos pages…

  • Le Col est fermé de longue, mais bravant tous les dangers, Sam et Hubert sont montés avec un Chrysler Voyager sans âge, par les routes glacées et enneigées, à peine exploitables grâce à un récent redoux… A priori, ça a l’air de passer.
  • En haut il n’y a qu’une 15aine de centimètres de neige, soufflée par le vent. Les cailloux sont à peine dissimulés, Qu’à cela ne tienne, la session sera belle !!! En snowkite donc, mais aussi en telemark histoire de pimenter un peu la chose.
  • Quelques vols à 4/5 mètres de haut plus tard, un genou et des hanches en alerte rouge, les deux compères se calment et reprennent le chemin du retour.

Nous reviendrons sur Sam, sur le Team Bestiole ,et sur bien d’autres sujets snowkiteusement telemarkesques dans les semaines à venir…

Capture d’écran 2014-12-03 à 14.24.56

2 réactions au sujet de « {#snowkitelemarksesh’} Alerte Team Bestiole »

  1. T’es un grand malade dude, un bus aurait pu monter avec tte la team bestiole! Merci pour le souvenir et les détails précis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *