HUMOR ME BITCH – Les P’tites Histoires D’la Glisse Au Pays Des Merveilles – F**K The Slow Motion !!!

Risoul – Hautes Alpes – Quelques pintes plus tard et trois jours avant le Ca$h 4 Tricks

Un groupe déambule dans les rues de la station. Il fait nuit noire, il est déjà tard mais la fatigue ne semble pas s’être emparé de ceux là… Pour des raisons qui dépendent complètement de notre volonté, nous avons décidé de garder leurs identités secrètes. Aussi, nous les appellerons le gang des 12 salopards (ils n’étaient pas 12 ??? On s’en fout, ça sonne bien !!!).

On les entend parler, rigoler. Se rapprochant, les voix deviennent presque nettes et la discussion devient audible.

– Le slow-motion ? Fuck le slow-motion man !!! Vive la régression audio visuelle, ils nous emmerdent avec le slow motion. Ooooh dude !!! T’en dis quoi des clips en slo-mo toi ?

– Les clips en slo-mo, lesquelles ?

– Genre les clip de surf, de snowboard, de kitesu…

– … Ou de filles twerking !!! Ohhhhhh mon gars, j’ai vu un clip avec des nanas qui twerkent dans une piscine, filmé sous l’eau et tout ça en slow-motion !!! Incroyaaaable !!!

– En mode « bubble » ?

– Yeah man en mode « bubble butt »

Il se met à imiter le beat « bubble butt », le son du fameux clip d’Anastasia Ashley s’échauffant avant son heat de surf en twerkant sur la plage…

– Yeah man, tu me parle de slow-motion, moi je pense direct à ça !!! Twerking girlz !!! « bubble butt !!! bubble bubble bubble butt !!!

Il part dans un fou rire incontrôlable et les 11 autres salopards se joignent à lui dans une explosion zygomaticale qui ferait fuir un yéti en rut.

Un individu en casquette s’impose dans la discussion.

Slow-motion man, c’est parfait !!! Tu peux absolument tout voir, tu comprends la vibe intérieur de l’action, c’est de la pure bom…

Ouais en fait, t’aime bien ça quoi ?

– Oh ouais, grave mon gars, c’est just…

– Ouais nan, c‘est bon. On s’en fout. Ferme ta gueule en fait !!! Bon, qui ici n’aime pas le slow-motion ?

Les rires fusent à nouveau, mais celui qui vient de se faire rembarrer semble un tantinet vexé… Une silhouette en forme de tige et ayant un peu de mal à marcher intervient et parle lentement.

– Bah moi je n’aime vraiment pas ça. C’est juste pour faire chier quoi. Tout simplement quoi.

– Mais nooooon…

– Mais si !!!

Celui qui semble avoir lancé le débat rentre dans la discussion…

– Ouais tu sais c’est comme dans les films pourris quand ils te collent un clip de musique pendant trois minutes trente trois tu vois ? Bah voilà le slow-motion c’est exactement ça. C’est quand t’as rien à dire et que tu veux remplir des espaces vides haha !!! Et franchement ça fait juste débander et y’en a marre de ne plus voir que ça…

– Ouais grave elle est où l’action lààà ?!!?

– Moi je veux voir l’action au bon rythme mec, au bon moment, à la bonne vitesse !!!

Une nouvelle ombre se rajoute au groupe, le treizième guerrier peut être…

– Ouais mais pensez aux grands mère ? Quand elles regardent une vidéo elles comprennent rien si ça va trop vite.

– Ma grand mère elle fait du skateboard, elle va vite et elle t’emmerde en plus.

– Voilà, c’était un argument de merde, encore un !!!

slow motion

Tiens on ne l’avait pas encore entendu lui. Avec un fort accent hollandais et dans un français approximatif il s’exclame.

– Ce qui est bonne, c’est quand qu’il y a une combination des deux.

– Ah ouais d ‘accord, tu dis une combination toi !!!

– Eh c’est cool les boyz on a tous compris ce qu’il voulait dire…

– T’en fais une bonne de combination tiens !!!

Le reste de sa phrase se fait franchement inaudible… Le barrage de la langue on appelle ça. Qui a dit qu’à 3 grammes, le monde entier se comprendrait ?

– Ouais ça dépend si t’es en mode binaire

– En mode quoi ? En mode bipolaire ?

– Non mec rien à voir. Ah ça y est on est au Reflex…

Un autre groupe, attend devant l’entrée du bar. Une blonde se tient entre trois gars. Leurs tenues de citadins en soirée, jurent avec les dégaines débraillées de nos douze salopards hilares…

Ils croisent un mec qui a l’air complètement épuisé. L’un d’eux l’interpelle, lui demande si il avait fini par trouver le pub. Ils s’étaient rencontrés quelques heures plus tôt sur le front de neige et l’individu leur avait demandé où se trouvait ce fameux bar. Visiblement les indications données n’étaient pas assez précises. Voyant l’enseigne, les yeux de l’étranger se mettent à briller et dans un sursaut d’effort quasi surhumain, il pénètre dans l’établissement.

– Mais de quoi vous parlez vous autres ?

Un fort accent belge retenti parmi les éclats de rire.

– Vous regardez des vidéos de ski ou de snowboard ?

– Oui moi j’aime beaucoup par exemple regarder Onboard, Tous les jours je regarde un petit film. Oui, oui. Tous les matins pour être précis (ndlr : veuillez bien prendre note s’il vous plait et d’imaginer la sonorité de cet accent en lisant dans votre tête. Non pas à voix haute, c’est chiant ça gène votre entourage…)

– Moi je préfère en real-live, sans tous ces effets bizarres.

– Pourquoi ?

– Ouais pourquoi ?

– Parce que c’est plus vrai tu vois ?!!? En slo-mo c’est plus modifié, c’est pas la vérité tu vois ?!!? (ndlr : vraiment nous insistons, gardez en tête la belgitude de l’accent de Bruxelles… si si juste pour le folklore !!! )

– Ouais ça c’est ce que je veux dire !!! elle dit ce que je veux dire, tout pareil !!!

Lui on ne sait pas de quelle dimension il arrive… On ne sait pas trop où il regarde non plus d’ailleurs !!! Il n’arrive plus à parler. Il rigole. Il doit juste être content d’être ici. C’est bien aussi

La discussion dérape sur d’autres sujets, sur les langues parlées de chacun. la pluie le beau temps ou encore le décolleté de la blonde… Onze des douze sont rentré dans le pub. Le dernier ne sait pas trop comment se libérer de ses nouveaux amis belges… Il lutte, tente de s’échapper à deux reprises, sans succès. La troisième sera la bonne.

Ouvrant la porte, il finit par rentrer dans le bar. On peut toujours entendre un « bubble butt » quelque part parmi le fracas des rires, des basses et des mots…

Les portes se referment, étouffant le vacarme. Le silence blanc de la montagne reprend son règne et notre histoire s’achève…

Colin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *